Épisode 14 : Interviews de 2 show directors de Disneyland Paris ; D23 Expo Japan ; Le remplacement de Rock ‘n’ Roller Coaster avec Aerosmith par Avengers + Iron Man

 Comme promis, voici le 2e épisode de la saison et du mois. Et comme promis, il est exceptionnel ! Pourquoi ? Parce que nous accueillons deux show directors de Disneyland Paris : Louisa Kriouche et Matthieu Robin pour parler de L'Été des super-héros Marvel et du Festival Pirates & Princesses. Nous tenons à les remercier, eux ainsi que toutes les personnes ayant travaillé à cet échange : l'équipe technique, Jonathan Rabeute et tous les autres. Un grand merci à vous !

 

Nous revenons sur ces entrevues avec Sylvain Trinel, notre parrain venu tout droit d'IGN France. Que retenir de toutes ces belles annonces ? L'aspect temporaire de L'Alliance des super-héros ? Ce fameux "wow effect" si bien teasé ? Ces personnages Disney Channel qui vont envahir notre Parc Disneyland ?

 

Et ce n'est pas fini. Cet épisode est tellement riche que l'on enchaîne ensuite avec la D23 Expo japonaise qui a eu lieu du 10 au 12 février et qui a été riche en annonces notamment pour Disneyland Paris : Rock 'n' Roller Coaster avec Aerosmith va céder sa place à Avengers + Iron Man. Est-ce une grosse perte ? Y en a qui ont un avis tranché sur la question...

  1. On entame l'épisode avec Matthieu Robin, show director à Disneyland Paris qui nous parle de son travail sur le Festival Pirates & Princesses
  2. Louisa Kriouche, également show director, prend ensuite la main pour nous parler, quant à elle, de l'Été des super-héros Marvel et ses shows saisonniers : l'Alliance des super-héros, notamment (4:50)
  3. On fait ensuite un débriefing avec Sylvain Trinel d'IGN France : que retenir de ces entrevues ? Pas mal de choses ! (10:03)
  4. On prend ensuite l'avion, direction Tokyo et sa D23 Expo Japan voisine. Pas mal d'annonces concernant les parcs Disney dans le monde, notamment à Paris... (27:15)
  5. L'annonce la plus tonitruante est le remplacement de Rock 'n' Roller Coaster avec Aerosmith par une attraction Avengers et Iron Man. Ça tombe bien, Sylvain Trinel l'annonçait dans le podcast de juin dernier ! Alors, à chaud, quel est notre avis sur ce remplacement ? (41:20)

Rien que d'y penser est un podcast IGN France disponible sur iTunesDeezerStitcherTuneinCastboxPodcast Addict et bien d'autres fournisseurs de podcasts !

Retrouvez-nous au quotidien sur Twitter @Rienquedypenser @naglaglasson @eParcurien, @IGNFRA, @SylvainTrinel.

Nous tenons une nouvelle fois à remercier Louisa Kriouche, Matthieu Robin, Jonathan Rabeute et toutes les personnes ayant rendu ces entrevues possibles !

2 thoughts on “Épisode 14 : Interviews de 2 show directors de Disneyland Paris ; D23 Expo Japan ; Le remplacement de Rock ‘n’ Roller Coaster avec Aerosmith par Avengers + Iron Man

  1. vrogui

    Pour le mec qui critique ROCK dans le Podcast. Apprend l'histoire de l'attraction avant de critiquer. tu rentres pas dans un musée mais un studio d'enregistrement. Tour de Force c'est la maison de disque fictive. La version officielle est qu'en 2002 à l'annonce de l'installation des studios de Disney Channel dans le parc, un label de musique, nommé Tour de Force Records s'est proposé pour compléter l'offre technique du parc-studio. Peu après l'ouverture, profitant du passage du groupe Aerosmith venu faire un enregistrement d'où la présence de l'autocar à l'extérieur, le visiteur est invité à assister à cette séance. Durant la visite, Steven Tyler évoque une expérience qu'il a vécu dans une voiture futuriste et souhaite nous la faire partager. Cette expérience est accessible grâce à un hangar situé juste derrière le studio où elle est encore en cours de test, expérience nommée Rock 'n' Roller Coaster. Dans la file d'attente intérieure se trouvent de nombreux posters de concerts, de couvertures d'albums, des récompenses ainsi que des instruments de "pionniers" du rock tels que Queen, The Who, Aerosmith, Radiohead etc. Avant d'arriver à la zone de catapultage dite "zone d'essais", se trouve le Studio C où le groupe Aerosmith a enregistré une bande qui passe en boucle, nous présentant l'attraction et nous saluant sur le fond sonore de Nine Lives (chanson d'Aerosmith), Jaded (chanson), Back in the Saddle et Walk This Way. Cette étape de la file d'attente s'appelle le "Preshow".

    Reply
    1. admin

      Hello, c'est moi, le type qui critique l'histoire d'Aerosmith.

      En fait, je sais bien sûr qu'il s'agit d'un studio, je suis plutôt du genre à me renseigner sur les storylines des attractions et à creuser tout ce qui tourne autour de l'imagineering. C'est justement pour ça que je n'aime pas cette attraction, la façon dont elle est conçue et son aspect purement esthétique.

      Les éléments qui rappellent que nous sommes dans un studio sont à l'image de toute la thématisation faite à cette époque : on te le dit, on te l'écrit en gros, mais tu n'y crois pas. Parce qu'on ne t'immerge pas. La décoration est peu compréhensible et ne semble pas directement en lien avec le côté studio. Et quand bien même elle le serait, comment se sentir immergé ? Comme dit durant le podcast, j'aime beaucoup Aerosmith et l'univers musical punk/rock/post-rock/folk, sans être non plus un expert, je le reconnais.

      Le problème de la storyline de cette attraction, c'est qu'elle est assez incompréhensible, et qu'il faut creuser, comme tu le dis, pour comprendre vaguement que c'est une histoire d'expérience vaguement proposée en partenariat avec Aerosmith. Mais que fait-elle dans un studio, alors ? En fait, c'est presque comme s'ils disaient "voici une attraction de parc à thèmes" créée en partenariat avec Aerosmith.
      Autrement dit, ce n'est "rien". Il n'y a pas de storyline poussée puisqu'on ne nous propose pas d'univers, de thématisation ou d'immersion. Là où l'histoire de la version floridienne de l'attraction a un minimum de narration justement. (et c'est pourtant loin d'être la panacée)

      Si l'idée est de reproduire une expérience vécue dans une voiture futuriste, qu'est-ce qui rappelle ça dans le parcours, à part le véhicule ? Absolument rien, une fois dans le véhicule, on a un launch qui ne rappelle en rien l'automobile (pas même dans l'audio), un parcours fait d'inversions (avec des transitions assez plates et lentes), avec quelques spots et quelques anneaux que l'on traverse. Et quand on a de la chance, de la fumée.

      On a plus l'impression que l'ambiance voulue est celle d'un concert, mais dans ce cas, quel rapport, encore une fois, avec l'expérience décrite ?

      Il n'y a pas grand-chose de cohérent dans cette attraction et c'est ce que je regrette. Je suis un grand amateur de coasters, et là non plus, je ne be me considère pas comme un spécialiste, et de dark rides, et je trouve que Rock ne parvient ni à être un très bon coaster (malgré un super launch), ni un très bon parcours scénique.

      C'est une attraction qui plaît grâce à sa musique, à son launch et à son ambiance, et ça, je peux le comprendre, mais elle est qualitativement à des années lumières des standards Disney et de tout ce qui se fait dans le parc Disneyland ou de la ToT (qui n'est pas parfaite), de Rat, voire peut-être même de Crush (qui n'est pourtant pas fou, mais il y a au moins une histoire cohérente, claire et qui se suit, même si elle mériterait à être mieux illustrée).

      Enfin, mon coup de gueule vise davantage les gens qui critiquent par principe quelque chose qu'ils n'ont pas encore vu parce qu'ils perdent une attraction pour laquelle ils ressentent de la nostalgie que ceux qui aiment cette attraction mais attendent de voir son remplacement.

      Enfin, et j'insiste peut-être pas assez dessus durant l'épisode, mais le temps manquait, Rock est une sorte d'emblème de ce qui ne va pas aux WDS ici, et c'est loin d'être l'attraction la moins populaire. Je salue le courage de Disney qui, en annonçant ce remplacement, annonce en filigrane que les jours d'Armageddon et de Tram Tour, des attractions peut-être pires que Rock, mais aussi de Moteurs Action, un spectacle mou, dangereux pour les cascadeurs et vieillissants, sont très certainement comptés. Et qu'ainsi, la zone la plus moche de tous les parcs Disney au monde (Backlot), va être revue en profondeur.

      Maintenant, je comprends que l'on aime Rock et son esprit rock, justement. Mais il faut voir la vérité en face et la qualité franchement limitée de la thématisation, la narration et l'expérience que Rock, et tout Backlot, proposent.

      Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *